Le corps des annélides évoque une pile de pneus (les segments) parcourue par un tube flexible (intestin). Chaque segment (métamère) peut contenir divers organes. La contraction des muscles de la paroi du corps, selon diverses séquences segmentaires, permet toute une gamme de mouvements utilisés pour le fouissage, pour ramper ou nager.

L’embranchement des Annélides se subdivise en ces trois groupes en fonction de la présence de soies. Ils ont, en effet, plus ou moins de soies : beaucoup de soies (Polychètes), peu de soies (Oligochètes) ou pas de soies (Achètes). Les Annélides sont majoritairement composés de Polychètes, avec 67 % des espèces qui appartiennent à ce groupe.

Polychètes

67 %

Oligochètes

29 %

Achètes

4 %

Classe des Polychètes

Ce sont les Annélides que l’on rencontre en plongée.

Ces animaux constituent le groupe d’annélides le plus vaste et varié. On en a dénombré 10 000 espèces (plus d’un million resterait à identifier !). Ils vivent presque tous en milieu marin. Ils ont des rôles très importants pour les écosystèmes marins (en savoir plus).

Critères de distinction en plongée

En plongée, tu peux parfois voir de magnifiques panaches sortir d'un rocher, c'est un Polychète !

Les Annélides sédentaires présentent un panache rétractable superbe, simple, double ou spiralé, dans un tube dur ou mou.

Elles peuvent montrer seulement des filaments blancs ou jaunes sortant d’un rocher.

Tu peux aussi voir des annélides libres sur le sol, ayant des anneaux et des excroissances sur les bords.

Morphologie

Animaux triblastiques, coelomates, pourvus donc d’une cavité interne. Le corps a une symétrie bilatérale et comprend trois parties :

  1. la tête ou prostomium, qui porte des organes sensoriels (yeux, tentacules et palpes),
  2. le corps ou soma et
  3. la queue ou pygidium, qui porte l’anus.

Le soma est constitué de segments identiques appelés métamères, porteurs de parapodes et de soies. Le premier métamère du soma s’appelle péristomium car il entoure la bouche.

Les métamères contiennent tous des muscles, deux vaisseaux, deux néphridies ou organes excréteurs (à cheval sur deux métamères) deux ganglions nerveux reliés à un double cordon nerveux, une portion du tube digestif (qui n’est pas métamérisé) et deux vésicules coelomiques.

Les parapodes sont disposés en paires d’appendices, qui servent au déplacement de l’annélide. Les parapodes ont deux rames, une dorsale et l’autre ventrale, qui portent des soies, différentes selon les espèces.

Fonctions vitales

Nutrition

Les organes des Annélides sont plus ou moins développés selon leur mode de vie et leur mode de nutrition:

  • Annélides errantes : elles mangent de petits crustacés, des mollusques, d’autres vers voire des algues. Les carnivores sont bien équipés pour la chasse, ayant des organes sensoriels très développés et une trompe dévaginable (proboscis) munie de mâchoires puissantes.
  • Annélides tubicoles : ce sont des microphages qui captent les particules en suspension avec leur panache filtreur (ce sont des suspensivores) ou qui raclent le sol avec leurs filament (dépositivores).
  • Annélides fouisseuses : elles vivent enfouies dans le sable où elles trouvent leur nourriture : ce sont des psammivores.

Respiration

Elle s’effectue à travers le tégument (la peau) au niveau des parapodes chez les annélides errantes et par le panache chez les vers tubicoles. D’autres ont des branchies (polymnie, annélides fouisseuses).

Système circulatoire

Fait remarquable : les Annélides ont un système circulatoire clos. Elles ont un vaisseau dorsal qui achemine l’hémolymphe(le sang) vers l’avant et un vaisseau ventral qui l’achemine vers l’arrière, des éléments contractiles (coeurs primitifs) assurant la propagation de l’hémolymphe. Le tube digestif est particulièrement bien irrigué. L’hémolymphe contient de l’hémoglobine, qui assure le meilleur transport et la meilleure diffusion de l’oxygène.

Système nerveux

Des ganglions cérébroïdes sont présents à l’avant, près des organes sensoriels : l’ensemble constitue un début de céphalisation. Les Annélides ont un double cordon nerveux ventral, situé sous le tube digestif : on dit qu’elles sont hyponeuriennes. Elles peuvent avoir des statocytes.

Système excréteur

Le liquide coelomique assure le transport des déchets solubles. Les néphridies, à cheval sur deux métamères consécutifs ont pour fonction l’excrétion des déchets azotés ainsi que l’osmorégulation des liquides internes : il s’agit du contrôle de la quantité d’eau et de la concentration en sels dans l’hémoglobine circulante.

Squelette et muscles

Le liquide coelomique soutient le corps de l’annélide : c’est un « squelette » hydrostatique, qui participe à la locomotion de l’animal. Le système musculaire est très développé, comprenant des fibres longitudinales, transversales et circulaires.

Reproduction

  1. Multiplication asexuée : elle s’effectue de 3 facons : par gemmiparité (bourgeonnement en des points privilégiés), par scissiparité (un métamère détaché de l’animal régénère les parties manquantes), par schizogamie (division après régénération).
  2. Reproduction sexuée : les sexes sont généralement séparés. La fécondation a lieu dans l’eau et aboutit à une larve trochophore planctonique qui se transformera ensuite en annélide. La couronne de cils portée par la larve lui permet de se maintenir entre deux eaux.

Habitat

Les annélides errantes sont rarement pélagiques : généralement benthiques elles se déplacent en rampant sur le substrat mais elles sont difficiles à apercevoir.

Elles peuvent être enfouies dans le sable ou la vase comme le vers arénicole présenté plus haut. La présence de ce ver se traduit par une petite dépression de la surface sablo-vaseuse, là où le ver ingère le sable et un tortillon correspondant au rejet du sable dont il a extrait les éléments nutritifs.

Les Annélides sont également tubicoles, arborant alors des panaches qui peuvent être superbes ou étant repérables seulement par leurs filaments pêcheurs comme ceux de la polymnie présentée plus haut.

Enfin quelques espèces vivent dans des coquilles d’emprunt, entre les piquants des oursins, dans les sillons des bras des étoiles de mer, etc.

Modes de vie

On distingue 3 groupes d’Annélides polychètes : les errantes, les sédentaires tubicoles et les sédentaires fouisseuses.

Annélides polychètes errantes

On les différentie selon la forme de leur corps, la structure de leurs parapodes, leurs soies, leurs yeux.

La plupart sont prédatrices et carnivores mais certaines espèces comme les Aphroditidés se nourrissent aussi de détritus.

Annélides polychètes sédentaires tubicoles

Les parapodes et leurs organes sensoriels sont très peu développés, en raison de leur inutilité (mode de vie dans un tube). Par contre, les tentacules céphaliques peuvent être hypertrophiés en un panache filtreur. Les différentes familles de vers tubicoles ont des tubes de natures différentes.

  • Tube calcaire : Les Serpulidés ont un tube calcaire, dont la consistance, dont la consistance est dure. Certains Serpulidés, comme la petite serpule, obstruent leur tube par un opercule.
  • Tube membraneux : Les Térébellidés ont un tube fragile, couvert de sable et de débris collés. La polymnie fait partie des térébellidés. Les filaments du ver sont seuls visibles.
  • Tube muqueux : Les Sabellidés ont un tube muqueux, souple, incrusté de sable et de vase. Ils n’ont pas d’opercule.

Annélides polychètes sédentaires fouisseuses

Ce groupe comprend le ver arénicole comme Arenicola marina que l’on peut voir accroché à l’hamecon des pêcheurs.

Classe des Clitellates

Le groupe des clitellates comprend les oligochètes et les achètes. Les espèces de cette classe n’ont pas de parapodes. Ils présentent un renflement glandulaire se développant en période de reproduction, dans le tiers antérieur du corps : c’est le clitellum. Ils ont des anneaux muqueux. Les clitellates sont des hermaphrodites à développement direct s’effectuant dans un cocon, sans larve trocophore.

Les Oligochètes

Ces Annélides ont peu de soies. Ce sont les vers de terre (lombrics).

Les quelques espèces aquatiques sont fort petites et souvent très difficiles à déterminer, mais certaines sont aisément repérables sous les algues pourrissantes de la laisse marine ou dans les limons vaseux.

Elles ont une tête réduite à un cône dépourvu d’appendices, mais parfois dotée d’ocelles, leur long corps cylindrique est doté de nombreux segments. La taille des oligochètes est variable : de quelques centimètres à 3 mètres dans certains cas. Par exemple, le lombric est généralement constitué d’une centaine de métamères. L’annélation externe correspond à la métamérie.

Contrairement aux polychètes, les soies sont insérées dans le tégument. Chaque métamère porte quatre faisceaux de soies (chètes).

Les Achètes

Ce sont des Annélides dépourvus de soies, généralement ectoparasites de vertébré (raies, autres poissons).

Les achètes sont majoritairement représentés par les sangsues. Les sangsues ont relativement peu de segments mais semblent plus nombreux du fait que chacun est divisé extérieurement en un certain nombre d’anneaux, sans aucune soie.

Une ventouse à chaque extrémité; la plus petite entoure la bouche à l’avant. L’anus s’ouvre dorsalement au-dessus de la ventouse postérieure. Une sangsue peut s’étirer en un long cylindre grêle ou se contracter en masse ovoïde plate. Elle se déplace par ondulation du corps ou en arpentant son support en utilisant ses ventouses.

Toutes les sangsue marines des eaux tempérées appartiennent à la famille des Piscicolidae et sont ectoparasites de poissons, certaines inféodées à un hôte spécifique. Elles n’ont aucun appendice mais sont souvent dotées de plusieurs ocelles (yeux).

Mots clés

  • Vers segmentés

  • Avec plus ou moins de soies

  • Parapodes

  • Panache

Filiation

Les Annélides sont classées dans la branche des Protostomiens.

Vrai / Faux : Je suis une Annélide

[qwiz align= »center »][q multiple_choice= »true »]

[c*] Vrai

[f] Bien joué ! C’est un vers segmenté avec beaucoup de soies (Polychète)

[c] Faux

[f] Essaye encore !

[q multiple_choice= »true »]

[c*] Vrai

[f] Bien joué ! Tu peux voir leur beaux panaches qui leurs permettent de respirer et de se nourir 🙂

[c] Faux

[f] Essaye encore ! Tu ne peux pas voir leur segments ici car ils sont cachés dans leurs tubes. Ce que tu peux voir c’est leurs panache branchial qui est caractéristique de certains Annélides Polychètes tubicoles.

[q multiple_choice= »true »]

[c*] Vrai

[f] Bien joué ! C’est un vers segmenté avec beaucoup de soies (Polychète)

[c] Faux

[f] Essaye encore !

[q multiple_choice= »true »]

[c] Vrai

[f] Celle-ci n’est pas évidente ! Mais ici ce sont des Cnidaires

[c*] Faux

[f] Bien joué ! Tu t’en sors bien ! Je suis impressionnée !

[q multiple_choice= »true »]

[c] Vrai

[f] Essaye encore ! Cet animal ressemble a un vers mais il n’est pas segmenté. C’est un mollusque.

[c*] Faux

[f] Bonne réponse ! Tu as l’oeil !

[q multiple_choice= »true »]

[c*] Vrai

[f] Pas mal ! Tu peux vraiment bien distinguer les différents segments sur ce polychète !

[c] Faux

[f] Essaye encore !

[/qwiz]

Pour aller plus loin

En apprendre plus sur d’autres animaux marins !